Resolution de probleme - Creativite - Decision

De Wiki de Romain RUDIGER
Aller à : navigation, rechercher

INTRODUCTION

Comme tous les élèves de polytech’Nantes ont pu le constater, l’école est victime de vols de matériel de valeur, souvent accompagnés d’une détérioration des locaux. L’exemple le plus flagrant est le vol du vidéoprojecteur dans la salle Némo, nous avons pu observer les résultats pendant le cours de créativité. Ce problème nous apparaît donc comme un bon sujet de réflexion pour le projet de résolution de problème et créativité.

Nous essayerons donc dans ce dossier de mettre en œuvre les méthodes vues en cours afin de mettre en avant des solutions potentielles et efficaces pour ce problème.

Dans un premier temps nous mettrons en avant les problèmes de niveaux deux qui découlent du problème initial, par la suite nous rechercherons des informations sur le problème en le modélisant à l’aide des méthodes vues en cours. Puis viendra la phase de recherche des solutions puis d’évaluation et de choix de la ou les solutions les plus pertinentes. Enfin nous développerons la mise en place des solutions retenues.

DECOMPOSITION EN PROBLEMES DE NIVEAU 2

L’introduction nous a permis de poser le contexte dans lequel notre travail doit s’inscrire. Il est maintenant important de définir les réels problèmes qui en découlent afin de centrer nos recherches autour de ces problèmes. Nous avons pu extraire quatre différentes manières d’aborder le problème :

Le premier objectif est celui qui saute aux yeux dès que l’on prend connaissance du contexte, il consiste simplement à empêcher les vols.

Le deuxième objectif découle directement du problème financier inhérent à la situation, c’est à dire préserver le budget matériel de l’école. En effet le matériel dérobé ou détruit est coûteux et implique de nouvelles dépenses pour l’établissement.

Le troisième objectif est relié à l’utilisation du matériel. Cet objectif consiste à assurer la présence du matériel dans les salles de cours et ainsi le bon déroulement des cours.

Le quatrième objectif est de nature social, en effet les vols peuvent nettement détériorer l’ambiance à l’établissement. L’objectif est donc d’assurer une bonne ambiance entre les différents usagers de l’établissement.


MODELISATION DU PROBLEME

QQOQCP

De façon à mieux cerner le problème, nous avons choisi de répondre aux différentes questions du QQOQCP.

Polytech S4 Resolution de probleme QQOQCP.JPG

Diagramme causes-effet

Polytech S4 Resolution de probleme Causes Effet.JPG

Le diagramme causes-effet permet de mettre en valeur les différentes causes pouvant avoir comme effet le vol de matériel à Polytech’ Nantes. Ce diagramme s’articule autour de différentes causes regroupées en trois grandes familles : le milieu, le matériel et les personnes.

Concernant le milieu, nous avons mis en évidence trois principales causes : l’isolement des locaux, leur manque de surveillance et leur accessibilité. En effet, Polytech’Nantes étant située à l’extérieur de Nantes, l’école est très isolée. En dehors des heures de cours, il y a peu de passages et de circulation à proximité des bâtiments ce qui diminue les risques pour un voleur de se faire repérer. Il est ainsi plus discret de voler du matériel dans une école isolée que dans un bâtiment situé dans le centre ou dans un quartier très fréquenté. Une seconde cause accentuant cet isolement est le manque de surveillance des bâtiments. Un gardien fait une ronde pour mettre les bâtiments sous alarme à partir d'une certaine heure. Malheureusement il est fréquent que l'alarme se déclenche sans raison, le personnel met longtemps à intervenir. Cela rend l'alarme inefficace car les potentiels voleurs savent que l’alarme n'est pas surveillée. Enfin, la dernière cause de cette famille est l'accessibilité du lieu. Bien que isolée Polytech’ est facilement accessible, les parkings sont publics et d'une manière générale pendant la journée n'importe qui peut rentrer dans les bâtiments.

La seconde famille de causes concerne les personnes, qui sont ces personnes et pourquoi commettent-elles un vol ? Une des causes les plus évidentes est le besoin financier, la personne va voler le matériel en ayant l'intention de le revendre. Une autre cause possible est l'envie, la personne va voler le matériel pour le garder. Enfin, une personne peut voler par défi, pour rechercher l'adrénaline. Nous avons maintenant cherché à comprendre qui sont ces personnes qui volent. Une des conditions indispensables est d'avoir la connaissance requise pour exécuter le vol. Tout d'abord il faut connaître l'existence du matériel à voler. Ensuite une bonne connaissance des lieux ainsi que du système de sécurité est préférable.

La dernière famille de cause concerne le matériel, pourquoi voler ce type de matériel en particulier ? Un vecteur important est la valeur du matériel qui est liée à deux facteurs : la qualité du matériel ainsi que l'ancienneté. Les objets volés sont des objets que la plupart des personnes peuvent réutiliser. Comme pour les lieux, les objets volés manquent de surveillance. Enfin ces objets, sont facilement revendables : un acheteur non averti, peut ne pas s'apercevoir que le produit a été volé.

RECHERCHE DES SOLUTIONS

L’arbre à idées

L’arbre à idées permet de regrouper les différentes idées trouvées, de réfléchir en profondeur sur chaque approche, en découvrir de nouvelles et ainsi trouver de nouvelles idées.

Polytech S4 Resolution de probleme Arbre Idees.JPG

Description des idées Faire obstacle Empêcher l’accès au lieu

  • Fermer la porte : simple et efficace, cette solution nécessite :
    • Soit de ne donner les clés qu’a des personnes de confiance ;
    • Soit de n’avoir qu’une seule clé mise à disposition par une personne chargée de noter qui emprunte la clé. C’est donc la personne qui a emprunté la clé qui est responsable du matériel présent dans la pièce.

Cette solution ne protège pas de la copie de la clé, la fracturation de la porte ou encore l’oubli d’une fenêtre.

  • Vigile : ceci impose un coût assez important et continu dans le temps, ce coût doit être inférieur au coût des vols. Il faut également déterminer quand ces vols ont lieu ? Il y a également un risque de déplacer la période où les vols sont commis.
  • Alarme : cela nécessite un coût important ou non selon le type de surveillance choisi :
    • Autonome ;
    • Prévenant une personne de garde assez proche du lieu ;
    • Prévenant un organisme de gardiennage ce qui occasionnera un coût à chaque déclenchement.

Ce type d’alarme est complètement inutile si les vols ont lieu en pleine journée lorsque l’alarme est désactivée. Une alarme avec désactivation par pièce très coûteuse permet de responsabiliser la personne ayant désactivé l’alarme de telle ou telle pièce.

  • Caméras : c’est le type de système d’alarme le plus coûteux si la surveillance est faite par une entreprise tierce. Ce type d’alarme est relativement dissuasif avec la peur d’avoir été enregistré et de pouvoir être reconnu.
  • Badges : cette idée revient à une alarme par pièce.
  • Restrictions horaire : interdire l’accès aux bâtiments en dehors des heures de cours aux étudiants. Cette idée créera une gêne très importante pour les étudiants, cela n’empêchera pas les vols de nuits de plus qui surveillera si telle ou telle personne est bien étudiant et s’il a bien actuellement cours ?


Empêcher l’accès au matériel

  • Cadenasser : simple, relativement peu cher comparé au prix du matériel, réutilisable mais visiblement peut efficace.
  • Mettre dans une pièce : par exemple pour un vidéo projecteur, il s'agit de disposer d'une salle où le vidéo projecteur pourrait fonctionner. Cette solution n'est pas des plus pratique car en cas de problèmes sur le système il faut trouver une personne possédant la clé du local de projection. Applicable aux amphithéâtres seulement.
  • Tout enlever à chaque fois : mis en œuvre dans certains établissements cette solution est contraignante pour les professeurs car ils doivent passer par un secrétariat avant et après. De plus il existe un risque réel lors du transport du matériel ainsi qu'une usure prématurée.
  • Mettre en hauteur : cette solution envisageable dans les amphithéâtres est efficace, peut coûteuse mais relativement contraignante pour la maintenance technique.
  • Cacher après utilisation : plus spécifique au matériel de projection, l'idée est que le vidéo projecteur rentre automatiquement dans le faux plafond une fois éteint. Cette solution augmente le coût d'achat de l'équipement mais ne supprime pas vraiment le risque de vol s'il est facile de mettre en marche le vidéoprojecteur.

Ne pas faire obstacle Responsabiliser

  • Message d'avertissement général : par le biais du règlement intérieur, d'une campagne de sensibilisation par e-mail ou encore du discours en début d'année. Il s'agit de donner les sanctions pénales relatives aux vols. Aucun effet sur les personnes étrangères à l'école.
  • Charte spécifique au vol de matériel : la signature d'une charte dissociée du règlement intérieur pour plus d'impact.
  • Message à l'entrée : rappeler les problèmes que posent la détérioration et le vol du matériel mais également les sanctions. Malheureusement ce genre de message deviendra vite invisible aux utilisateurs de la salle.
  • Message sur l'appareil : simple rappel que ce matériel appartient à tel organisme, possède tel numéro de série... Cela montre que le parc est bien géré avec une bonne traçabilité des équipements et ainsi montrer que chaque équipement est référencé, enregistré et suivi. Le degré de dissuasion est difficile à mesurer mais cette méthode a un coût très faible.
  • Mettre en place des sanctions internes : durcir les sanctions internes permettrait d'augmenter les risques pour le voleur s'il appartient à l'école.
  • Affecter le matériel au personnel : idée similaire à celle évoquée dans « empêcher l'accès au matériel » à condition que les professeurs veuillent bien prendre la responsabilité du matériel.
  • Affecter le matériel aux étudiants : idée utopique mais par exemple si chaque étudiant se voit confier un ordinateur portable pendant la durée de ses études, il n'y a plus besoin d'avoir de salle informatique et donc beaucoup moins de matériel à protéger.

Dissuader Dissuasion technique

  • Créer une partie détachable : tout comme les autoradios, ce système revient à une clé et pose donc les mêmes problèmes que l'idée de Fermer la porte. Il faut également que le constructeur propose ce genre de solution.
  • Authentification logiciel : rentrer un code pour démarrer le vidéoprojecteur ou le micro ordinateur peut dissuader. Malheureusement ces systèmes peuvent être réinitialisés.
  • Authentification matériel : plus robuste qu'une solution logicielle mais moins rependue par les constructeurs. Revient un peu à une partie détachable mais permet de connaître qui a utilisé le matériel (non répudiation).

Dissuasion par le risque

  • Water Mark : comme un copyright invisible sur une image, l'idée de dire que cet équipement est marqué de façon unique et invisible peut permettre une forte dissuasion si cela est possible.
  • Marquage permanent : apposer une étiquette « Propriété de l'université de Nantes » qui ne peut être enlevée retirera beaucoup de valeur à l'équipement ce qui peut dissuader.
  • Mettre un système de géo localisation : digne d'un film futuriste, cette solution est très chère mais pas forcément efficace si le voleur est au courant d'un tel dispositif.
  • Mettre un antivol : un peu comme dans les magasins, mettre une puce ainsi que des détecteurs aux portes déclenchant une alarme.
  • Risque lié au numéro de série : le numéro de série étant unique pour chaque type d'appareil il serait intéressant de s'en servir un peu comme pour les téléphones portables :
    • Plus de SAV : obliger les SAV à demander une facture avant d'effectuer une réparation ou encore l'envoi d'une pièce d'usure rendrait inutilisable certains équipements comme les vidéoprojecteurs.
    • Liste noire : si le voleur n’ose pas de faire marcher le SAV d'un équipement volé, ce n'est peut être pas le cas d'un receleur. Il est possible d'imaginer une liste noire que consulterait le SAV pouvant prévenir les autorités compétentes.
  • Augmenter la fréquentation et la visibilité du matériel : plus la salle est occupée moins il y a de risque pour le matériel présent, il en est de même pour les salles ouvertes par des baies vitrées avec un passage régulier et aléatoire.

Dissuasion sur le gain

  • Acquérir du matériel déjà abimé : défaut de fabrication mineur, occasion... Permet de diminuer la valeur du matériel et donc la tentation de le voler.
  • Ne pas acheter du matériel trop performant : dans la mesure du possible, du matériel classique et très rependu ne fait pas d'envieux.
  • Eviter de surprotéger : surprotéger le matériel augmente sa valeur inutilement. Il faut dimensionner le système de protection en fonction du matériel et de sa valeur réelle.


EVALUATION ET CHOIX DES SOLUTIONS

Dans cette partie nous cherchons à évaluer les solutions préalablement trouvées. Nous nous sommes pour cela inspirés de la méthode de notation des solutions selon différents critères à définir : Les différents critères que nous utilisons sont :

  • Le coût de la mise en place de la solution
  • L'efficacité de la solution pour le problème en présence
  • La facilité de mise en œuvre de la solution
  • La gêne occasionnée par la solution
  • La pérennité de la solution

Chacun de ces critères est noté de 1 à 5, une note de 5 signifiant que la solution remplit parfaitement ce critère, tandis qu'une note de 1 implique que la solution ne remplit pas du tout. Nous avons donc noté les solutions qui nous paraissaient les plus judicieuses afin de faire ressortir les meilleures :

Polytech S4 Resolution de probleme Notation solutions.JPG


MISE EN PLACE DES SOLUTIONS

La notation de nos solutions nous permet de faire ressortir celles les plus intéressantes. Avec la méthode du QQOQCP que nous avons utilisée pour modéliser le problème, nous pouvons réaliser un plan d'action pour chacune des solutions qui nous semblent les plus intéressantes. Les plans d'actions sont souvent utilisés pour modéliser le problème mais nous avons choisi ici de l'utiliser pour nous permettre de proposer des solutions complètes et ainsi de planifier ces actions.

Nous avons choisi de retenir la solution d'affecter le matériel au personnel pour son rapport coût/efficacité le plus intéressant. En effet nous avons estimé que ce serait l'une des solutions les moins coûteuses tout en offrant une efficacité acceptable. Aussi, nous avons retenu la solution de l'encastrement du matériel qui offre un niveau d'efficacité le plus élevé, même si le coût de mise en œuvre est élevé. À l'inverse, la solution d'augmenter le nombre de cours dans les salles multimédia, et donc d'augmenter le nombre de personnes à proximité du matériel à risque, est une solution très peu coûteuse et très rapide à mettre en place que nous avons sélectionnée, même si son efficacité n'est pas optimale.

Nous avons donc un triptyque de solutions bien différentes et qui s'adaptent à n'importe quel objectif voulu (coût, efficacité, rapidité de mise en œuvre).

Affectation du matériel au personnel

La mise en place du dispositif ne demande pas l'intervention de personne externe à l'école mais son organisation peut être compliquée. Nous avons imaginé un système avec formulaire à signer lors de la prise en charge et du rendu du matériel. Un local est nécessaire pour entreposer le matériel. Il faut penser à bien former le personnel sur l'utilisation à ce système pour qu'il fonctionne de façon optimale. Cette solution nécessite la mise en place d'une logistique de façon permanente pour gérer et contrôler le matériel.

Polytech S4 Resolution de probleme QQOQCP perso.JPG

Encastrement

Cette solution nécessite l'intervention d'un tiers. Il est peut être possible de contacter le même industriel que pour le laboratoire multimédia de langue et ainsi certainement réduire le temps du plan d'action. La mise en place du dispositif prendra plus ou moins de temps selon le devis.

Polytech S4 Resolution de probleme QQOQCP encas.JPG

Plus de cours dans les salles multimédia

Cette solution est très rapide à mettre en œuvre et ne nécessite pas une logistique trop complexe.

Polytech S4 Resolution de probleme QQOQCP plus cours.JPG

CONCLUSION

Ce projet, nous a appris à :

> Aborder un problème qui n’est pas dans notre domaine de compétence ;
> Décomposer ce problème ou exprimer de nouveaux problèmes connexes permettant la résolution du problème principal ;
> Mettre en œuvre différentes méthodes vues en cours permettant de trouver de nombreuses solutions difficiles à trouver directement ;
> Sélectionner la solution ou les solutions optimales en mettant en place différents critères pour les départager comme la réalisabilité, le coût… ;
> Travailler en groupe de façon constructive car il ne s’agissait pas de se répartir différentes tâches à effectuer mais de trouver différentes solutions et surtout de ne pas se borner dans un domaine en risquant de passer à coté de nombreuses idées.